Vue panoramique du centre sur l'ouest
Le temple

Après un mois de retraite solitaire et silencieuse dans la caravane prévue à cet effet, Danièle nous fait part de son témoignage qu'elle a accepté de partager avec vous...

 

"Vendredi 27 avril, dernier jour de retraite.
De la fenêtre de la caravane je vois des petits drapeaux tout neufs flotter au vent.
Le ciel est tout bleu, la nature a totalement reverdi, les maisons en bas semblent comme posées au milieu des arbres, comme s’il y avait juste la place pour elles dans cet exubérant foisonnement de vert.
Je suis arrivée en hiver, je repartirai dans un total renouveau.
J’espère que moi aussi je vais continuer à être dans un perpétuel renouveau vers l’Eveil.
J’aime bien le verbe « renoncer ». J’espère que je vais continuer à renoncer aux vieilles habitudes enfermantes, renoncer aux tendances qui empêchent d’avancer comme la colère, l’égoïsme, et voir le monde par le petit bout de la lorgnette.
Ce que je voudrais surtout, c’est être à chaque instant toute neuve et à l’écoute du monde pour être disponible aux autres.
Quand je regarde en arrière, je me rends compte combien mon existence a passé vite et qu’il y a urgence à m’éveiller… et qu’il n’y a absolument rien que je pourrai emmener avec moi quand je mourrai sauf l’Eveil… et que je veux profiter du plaisir d’être en vie à chaque instant… et que je peux voir les choses comme si c’était la première fois (comme l’a enseigné Orgyen au tcheuling de Colmar)
Je suis allée me promener un peu pour dire au revoir à tout ce qui m’a accompagné pendant la retraite : certains arbres aux formes particulières, la source chantant en travers du chemin, les limaces, les escargots, les oiseaux, les chevreuils, les fleurs, etc.
Je me suis demandé si j’avais quelques regrets de partir… C’est non. C’était bien, mais c’est fini. Je ne ressens aucun attachement.
Et soudain, j’ai compris que c’est comme cela que je devrai partir à mon dernier instant, sans regrets, sans remords, satisfaite de ma vie, sans attachement et sans aucune saisie.
Reste à travailler encore et encore. Ce n’est pas encore gagné !... Et avec encore beaucoup d’autres retraites j’espère !"
Danièle

 

Bodhicharya France
1 la Bouille 88490 Lusse, France
Tél. (+33) 3 29 51 21 93